LA MOUTARDE:

moutarde 

Au Moyen-âge on l'appelle aussi moût ardent et on pense que la moutarde est originaire de Chine. Dans la capitulaire de Vilis, Charlemagne recommande sa culture.

A cette époque on consomme beaucoup de moutarde et des marchands de sauce la confectionnent.
Dès le XIIIèm siècle, Dijon avait mis la main sur le monopole de la fabrication de la moutarde et en avait fait sa spécialité. La méthode de fabrication n'a pas beaucoup changé depuis le moyen-âge (le vin s'est substitué au verjus).

 

 

L'ANIS:

anis1 

L'anis a été cultivé dès l'Antiquité pour ces propriétés digestives et aphrodisiaques.
Au Moyen-âge la confrérie des " Anysetiers" est très importante. L'anis venait par caravane de Chine. Avec, ils aromatisaient les boissons, faisait des médicaments, et des onguents.
 Ils en pourvoyaient ensuite les rois et les seigneurs mais aussi le bon peuple.

LE SUMAC

sumac

 

L'épice est largement utilisé dans la cuisine médiévale arabe. En France elle apparaît dans les recettes mérovingiennes puis disparaît complètement des ouvrages aux XIV et XV èm siècle.

LE GINGEMBRE

gingembre 

L'une des principales épices consommées au Moyen-âge en Europe. Originaire d'Inde, il est introduit par les Perses dans le monde gréco-romain. Au Moyen-âge deux types de gingembre existaient, l'un à l'écorce brunâtre et celui que nous connaissons de nos jours.
Dès l'Antiquité, les vertus aphrodisiaques du gingembre furent mises en avant.
Du point de vue de la médecine, il est chaud au 3èm degré et moite. Il a pour nature de consolider l'estomac froid et de ramollir les intestins. Il fait bien digérer la viande.
En cuisine, on le retrouve dans la plupart des recettes de part ses vertus digestives et aphrodisiaques.